cultivons la coopération

La coopération est un état d’esprit. Elle est le fruit d’un équilibre subtil entre l’individuel, le collectif, l’environnement et s’enracine dans l’invisible. Inhérente à la nature humaine, son terreau est la reconnaissance, le respect, la confiance, l’autonomie, la responsabilité et l’équité. Pour développer ces savoir-être, l’école de la relation humaine vous accompagne à cultiver la coopération au travers de ses trois axes : inspirer, éduquer, restaurer. Pilier du « faire ensemble », la coopération est essentielle pour l’harmonie de vos équipes et l’équilibre de votre entreprise.

œuvrer pour un bien commun 

Ceci est est une histoire de sentiments. Les femmes et les hommes, au sein de l’entreprise, donnent le meilleur d’eux-mêmes et travaillent bien ensemble s’ils se sentent reconnus et respectés ; si ils se sentent également en confiance, responsable et autonome dans un environnement où règne une égalité de traitement. Enfin, ils expriment la nécessité de ressentir du plaisir à être ensemble, au-delà des objectifs à atteindre, travailler dans une atmosphère positive et partager des moments de convivialité. Diagnostic ou constat ? Ces mots sont le fruit de mes dix-huit années d’accompagnement individuel et collectif au sein des entreprises.

les 7 essentiels de la coopération

Essentiel 1 • « Je suis parce que tu es » • La reconnaissance est présence ; à soi-même et à l’autre. Elle est la marque de notre attention, à soi et à l’autre, pour nous sentir exister et légitime. Elle permet d’entrer en résonance.
Essentiel 2 • « Nous respecter, c’est nous regarder » • Du latin respectus « action de se retourner pour regarder », le préfixe « re » exprimant le retour en arrière, la répétition : c’est donc regarder à deux fois. Au-delà de nos préjugés, de nos automatismes et prises de position inconscientes, il s’agit de regarder à deux fois pour considérer l’autre, le « différent » de nous.
Essentiel 3 • « La confiance se construit » • La confiance est cette membrane fragile qui protège l’espace destiné à partager la parole en toute sécurité et en toute liberté : elle est la peau qui recouvre la relation et la tient entière. Elle est un acte de foi qui se renouvelle chaque jour.
Essentiel 4 • « J’ai toujours le choix » • Je suis responsable de mes choix, de mes comportements et de mes actes. Ils génèrent des conséquences que j’assume pleinement, même si cela demande parfois du courage, même si c’est souvent plus facile d’incriminer les autres.
Essentiel 5 • « L’autonomie est source d’initiative » • L’autonomie est intrinsèque à la prise d’initiatives. C’est le périmètre au sein duquel nous avons une inestimable liberté de mouvement pour entreprendre, innover, créer.
Essentiel 6 • « Une égalité de traitement » • L’équité — du latin aequitas, « esprit de justice » —, parle de la justesse nécessaire avec laquelle nous traitons nos semblables, à savoir avec une égalité de traitement, car chacun est au même rang.
Essentiel 7 • « Avec plaisir » • Cette vibration intérieure du plaisir à faire ensemble se traduit par une sensation de bien-être et correspond à la satisfaction de nos besoins.

De ces essentiels à la coopération, nous pouvons en retirer deux grands principes : la réciprocité, car « je » et « tu » n’existent pas l’un sans l’autre : la relation est réciprocité et nous nous accomplissons au sein de la relation ; l’interdépendance, car « je » et « tu » sont intimement liés : tout est lié et nous sommes reliés par notre nature profonde d’être humain. Quelle nature de lien choisissons-nous de cultiver pour nous relier ?

je serai tes yeux, tu seras mes bras

C’est l’histoire de deux amis d’enfance Haixa et Wenqi, habitants d’un village en Chine. Haixa est aveugle à la suite d’un accident de travail ; Wenqi a perdu ses deux bras à l’âge de 3 ans en touchant une ligne électrique tombée par terre. Tous les deux se désolaient de voir la dégradation de l’environnement, et un jour Wenqi dit à son ami : « plantons des arbres ! Je serai tes yeux tu seras mes bras. » Sans argent, ils décidèrent de couper des branches pour les replanter. La première année ils plantèrent huit cent branches, mais quelle déception en découvrant au printemps que seulement deux pousses avaient pris. La terre était trop sèche, ils devaient trouver des solutions d’irrigation, ce qu’ils réussirent. Aujourd’hui ils ont planté plus de dix mille arbres.

Cultiver la coopération est un art de vivre. « Nous sommes peut-être pauvres, mais nous nous sentons importants, conclut Wenqi. Même quand nous ne serons plus là, la génération future verra qu’un aveugle et un manchot leur ont laissé une forêt en héritage. » En chacun de nous réside la fierté de réussir à s’élever au-dessus de l’adversité et de la banalité pour créer de la beauté. Avec l’école de la relation humaine, nous vous aidons à ranimer les sens et à œuvrer pour la paix au travers de ces trois piliers : inspirer, éduquer, restaurer.

inspirer, éduquer, restaurer

inspirer

Grâce à mes conférences et ateliers, par la voix et les mots, sous forme « d’histoires de vie », je suis là pour captiver l’attention et donner à vos équipes le nouveau souffle dont elles ont besoin.

conférence, spectacle

À travers des parcours d’ateliers et d’enseignements avec les animaux, je vous apprends à réanimer l’élan vital de vos équipes et à construire un nouvel équilibre en faveur de la paix et de l’harmonie.

formation

éduquer

restaurer

Par des accompagnements sur-mesure, j’offre un espace d’accueil inconditionnel à vos équipes pour restaurer l’intégrité de l’être humain et l’unité au sein de votre entreprise.

coaching, médiation

Ranimons nos sens et retrouvons le goût intense de la relation humaine.


authenticité
Par son geste de retour au vrai et à la terre – geste qui me transporte ! –, Christèle est authentique et c’est pour cela qu’elle est tellement utile à ceux qui ont la chance de la croiser sur leur chemin. 
Thierry
bienveillance
Faire appel à une personne bienveillante, à l’écoute et posée comme Christèle, a permis de mettre tout le monde au même niveau et de parler sans tabou. L’effet a été bluffant et l’équipe a gagné en cohésion, en sollicitude. Des barrières se sont écroulées : fini les managers d’un côté et les membres de l’équipe de l’autre, fini le mur de Berlin. 
Martin